Site sur les logiciels libres, l'open source et GNU/Linux

Billets dans la catégorie Actualité libre

Video pour « retrouver notre vie privée »

Une vidéo disponible sur La quadrature du Net expliquant l’importance de protéger notre vie privée.

Vous êtes encouragés à la diffuser librement et massivement car elle est publiée sous licence CC BY-SA.

Arrivée de Steam sous Linux

Mise à jour du 17 juillet 2012:

ça y est! c’est officiel, Steam débarquera bien sur GNU/Linux. Valve à même créé un blog pour diffuser les dernières informations et développements en cours pour éviter toutes futures rumeurs ou spéculations, et c’est par ici.

Enfin une bonne nouvelle pour les joueurs et l’amateur de jeux que je suis, Steam serait en cours de portage sur GNU/Linux!

Pour rappel, Steam est une plateforme de téléchargement de jeux PC, logiciel développé par Valve, cette plateforme est majoritairement utilisée par les utilisateurs de l’OS windows qui dispose d’un vaste catalogue de jeux, favorisant même les developpeurs indépendants. Sa notoriété auprès des joueurs est telle qu’elle s’est vue ajoutée le support de Mac OS ces dernières années, avec un portage d’une sélection de jeux pour l’instant assez réduite mais réussis.

Il semblait donc qu’un vide restait à combler, celui de l’utilisateur de Linux et qu’après toutes ces années d’espérance et d’attente pour un joueur comme moi, Valve ait décidé que nous ayons aussi le droit de jouer via cette plateforme sous notre OS préféré, et c’est tant mieux.

De plus, il semble que le premier jeu à être porté en natif sur GNU/Linux soit L4D2, un de mes jeux favoris! Il est évident que Steam n’est pas une plateforme Open-source comme pourrait l’être play-on-Linux, mais l’opportunité est enfin donné à l’utilisateur qui pourra enfin jouer à ses jeux favoris sous son OS favori. Il ne reste plus qu’à voir tout celà se concrétiser rapidement…

Source : Le Journal du Geek – Steam sur Linux en approche!

icon by Deleket deviantART : lien

Richard Stallman et la révolution du logiciel libre

book

Voilà un « livre » qui m’a bien plu : Richard Stallman et la révolution du logiciel libre – Une biographie autorisée.

L’auteur du livre, Sam Williams, nous donne une vue de la personnalité de RMS, au travers de sa vie et son œuvre qui n’est autre que le « logiciel libre » et dont il est depuis toujours l’incarnation.

Je ne vais pas faire un résumé du livre, il y en a déjà tellement. Je donnerai juste mon bref avis:

C’est avant tout pour moi un bon retour aux sources avec le rappel des ces 4 libertés fondamentales du logiciel libre et de revenir sur ce qui a poussé à les établir : à savoir qu’au travers du mouvement du « logiciel libre », on défend plus que du logiciel, on défend une idéologie, celle de la liberté. La force de Stallman étant d’avoir réussi dés le début à voir le lien fondamental entre le logiciel et son but altruiste qui est de nous fournir notre propre liberté.

Ensuite, l’importance de parler de GNU/Linux et pas seulement de Linux (je n’ai d’ailleurs plus qu’à modifier ma bannière…), ainsi que d’éviter la confusion entre les termes open-source et logiciel libre, et le fait que libre n’est pas forcement gratuit.
Enfin, cela m’a poussé à me poser de nombreuses questions sur ma propre volonté à défendre la cause du « libre », et pour le coup à la renforcer.

C’est quelque part rassurant de savoir qu’à la tête de notre mouvement se trouve une personne aussi charismatique et exceptionnelle que Richard Stallman.

Vous pouvez donc librement télécharger ce livre au format numérique ici.

De plus, ce livre est publié sous la licence libre GNU Free Documentation License, c’est à dire qu’il peut être lu, modifié et distribué en accord avec la-dite licence.

Et comme dirait Richard, « Hackez bien » ;-)

HADOPI, c’est pas bientôt fini ?

hadopi_fail

Voilà que la très controversée loi HADOPI refait parler d’elle ce jour même, à la surprise de tous avec cette nouvelle : le Conseil Constitutionnel censure la « riposte graduée ».

Qu’est-ce que cela signifie ? que le conseil constitutionnel, qui est la plus haute instance du système judiciaire français, estime que l’accès à Internet est un droit fondamental, qui ne peut être restreint que par un juge de l’autorité judiciaire, et non pas par une instance administrative non judiciaire comme l’est Hadopi.

Il stipule que ce projet de loi qui a été voté enfreint la déclaration des droits de l’homme de 1789 sur deux de ses articles:

  • l’article 11 : le pouvoir de « restreindre l’exercice, par toute personne, de son droit de s’exprimer et de communiquer librement » ne peut « incomber qu’au juge ».
  • l’article 5 : Il rappel qu’en France, c’est encore et toujours « la présomption d’innocence qui prime, et qu’il n’y a que la justice qui a le pouvoir de prononcer une sanction lorsqu’il est établi qu’il y a des téléchargements illégaux ».

Enfin, il conclut : « Le rôle de la Haute autorité (Hadopi) est d’avertir le téléchargeur qu’il a été repéré, mais pas de le sanctionner ».

Personnellement, je suis heureux de constater que nous disposons encore d’une justice indépendante dans notre pays qui protège les libertés individuelles garanties par notre Constitution, et que ce dernier rempart agit lorsque nos libertés individuelles sont menacées.

source : lemonde.fr

Présentation des logiciels libres à Annonay

Un petit post car ça fait trop de temps que je n’ai pas diffusé d’information sur le site et montrer que je ne suis pas inactif pour autant, donc j’en profite pour signaler que ce weekend du 21 mars 2009, je me suis retrouvé avec l’ensemble des membres de l’association G3L dont je fais partie, à la MJC d’Annonay pour une présentation et une démonstration de logiciels libres.

Vous trouverez un petit billet que j’ai publié sur le site G3L pour résumer l’intervention.

Cela c’est déroulé tout l’après-midi de 14h à 18h dans une salle où il y avait tout pour plaire : salle grande, confortable, accès internet/wifi impec ! lumineux, voire même trop lumineuse pour la retro-projection.
Après on a vu un peu juste niveau temps, car une après-midi, ça passe très très vite ! en plus que l’on était pas forcement en avance suite au repas du midi…

Pour la présentation, on peut dire qu’on a patiné dans la gadoue avec notre matériel que l’on avait pas testé avant la présentation et comme une présentation au rétro « merde » une fois sur deux, celle-là on l’a pas loupé !
Cependant, on s’en est quand même bien tiré sur ce coup je trouve, la présentation à pu se faire et l’on a pu s’occuper de chaque personne individuellement. On a donc accueilli pour cet après-midi une bonne vingtaine de personnes, vendu 2 T-Shirt de l’association et 3 CD G3L Windows… un bon score !

Au final, cette présentation s’est déroulée dans une bonne ambiance, comme toujours ! on était tous satisfait et on est tous prêt à remettre ça ! Merci aux organisateurs de l’évènement à la MJC d’Annonay, c’est toujours plus sympa d’organiser ça à plusieurs ;-)

Aller, pour la petite exclu, je vous donne le background en photo du T-shirt G3L

Facebook, ou le retour de bouquin dans la face

facebook_rFacebook, le très mondialement connu et utilisé réseau américain de « socialisation » vient de se faire peur et de nous faire peur.
Après avoir mis en place le 4 février une « légère » modification lui donnant une « licence perpétuelle et mondiale » sur tous les contenus publiés par ses utilisateurs, les responsables font machine arrière toute. Je cite :

Vous accordez à Facebook le droit irrévocable, perpétuel, non-exclusif, transférable et mondial (avec l’autorisation d’accorder une sous-licence) d’utiliser, copier, publier, diffuser, stocker, exécuter, transmettre, scanner, modifier, éditer, traduire, adapter, redistribuer n’importe quel contenu déposé sur le site.

C’est pas faute d’avoir tenté le coup, il serait un peu naïf de croire que ce gigantesque réseau ait été créé pour avoir 3 millions d’amis, ou d’être invité par le groupe d’addicts mangeurs de tapas en milieu confiné style cabane de jardin, ou je ne sais quoi d’autre… votre vie de déluré étant sur Facebook, quoi de plus naturel que ce dernier en réclame la propriété ? c’est son réseau quand même !?

Et bien non ! il faut croire que la mobilisation des internautes qui s’est manifestée dans les heures qui ont suivies, pour dire leurs mécontentements (environ 90 000 membres), ait eu raison du plan diabolique du jeune co-fondateur du site Mark Zuckerberg et l’ait contraint à revenir aux anciennes conditions d’utilisation.

Donc tout est bien qui fini bien ! ceci est la preuve que les données personnelles des internautes prévalent aux intérêts économiques et qu’à chaque tentative d’atteinte aux libertés et données personnelles, les internautes se lèveront tous ensemble et crieront très fort, NON ! ON VEUT PAS ! et le problème sera réglé.

Je ne vais pas ironiser plus longtemps… cette histoire de facebook me laisse un sale goût. Je pense qu’ils savaient (les gentils organisateurs de facebook) déjà parfaitement à l’avance que cela aller soulever le tollé, mais ils l’ont fait juste pour voire… et certains (les google et autres services bien tous gratuits) ont bien observés.

Mon avis est que c’est un beau premier essai, ce ne sera certainement pas le dernier, la tactique étant par étape et petites touches successives mais toujours progressif. Les quantités d’informations laissées par nos petites mimines sur le réseau vaudront et valent certainement des pépites pour les premiers qui trouveront les moyens de se les « copyrighter » et ils y mettront tous leurs moyens, on peut leur faire confiance.

M’en fout, pour ma part facebook, j’y suis pas. rassurez-moi, j’y suis pas, hein ? je suis pas à la page et pour le coup content de ne pas y être, surement une histoire d’age ;-)

ADN : Haut débit pour tous en Drôme Ardèche

fibre Je suis un Valentinois qui bénéficie déjà du haut débit pour mes connexions internet, cependant ce n’est le cas de tous en Drôme-Ardèche, dont certains se retrouvent un peu dépourvu dés qu’ils se situent dans des coins assez « paumés » de la campagne drômoise ou ardèchoise, magnifique paysage évidement et assez naturel pour que toute trace d’activité numérique y disparaisse ! ces zones plus communément appelées « zones blanches« .

Mais comme tout vient à point à qui sait attendre, le grand challenge du XXIe siècle pour les deux départements de la Drôme et de l’Ardèche arrive et se nomme le projet ADN : Ardèche Drôme Numérique. Ce projet vise à donner l’accès à Internet, la téléphonie mobile et chaines numériques à tous, avec une couverture très haut débit.
C’est un des plus gros projet français d’aménagement numérique sur les territoires départementaux français.
L’objectif principal étant la création d’un réseau fibre optique sur les 2 départements d’ici 2009 déployé en 2 temps:

  • Tout d’abord pour développer l’accès très haut-débit aux pôles d’activités.
  • Ensuite viendront les connexions aux particuliers.

Véritable enjeu économique pour tout le territoire, c’est aussi un outil de désenclavement majeur pour les zones rurales et excentrés.

Le projet en quelques chiffres:

  • Un réseau de 2000 kms de fibres optiques , dont 1100 kms à construire en génie civil (tranchées).
  • 708 communes couvertes en haut ou très haut débit sur plus de 12 000 km².
  • 212 zones d’activités et quartiers d’affaires desservis.
  • 213 centraux téléphoniques dégroupés.
  • 500 sites publics raccordés (enseignement, santé, collectivités…).
  • 2000 bâtiments d’entreprises en raccordement direct.
  • 11 000 logements en raccordement direct.
  • Des débits allant de 10 à 100 mégabits, voire plus.
  • Une tête de réseau située à Rovaltain.
  • Une approche identique à une grande métropole.

Côté budget:
Le coût est estimé à 123 millions d’Euros dont 95,5 millions utilisés lors des deux premières années partagés entre la Drôme (10M€), l’Ardèche (10M€), la Région Rhône-Alpes (20M€) et enfin l’Europe (10M€) et ADTIM (73M€).

C’est réconfortant de constater que sa région est préparée pour un avenir proche et de voir son dynamisme dans des projets NTIC, tout ceci étant la somme d’un travail énorme, on ne peut que souhaiter que le projet se déroule dans les meilleurs conditions et meilleurs délais, en espérant qu’il respecte l’environnement et les besoins de chacun…

sources:
http://www.7ardeche.fr/…
http://www.ledauphine.com/index.jspz…
http://www.ledauphine.com/index.jspz…
http://www.ledauphine.com/index.jspz…

Adhérez à l’APRIL en décembre

je ne sais pas si d’ici cette fin d’année je serai le dernier à remettre une énième couche concernant la campagne d’adhésion de l’APRIL, de nombreux billets sont déjà passés sur le planet, c’est certainement le meilleur endroit pour le faire, mais pour ceux qui ne se sont toujours pas inscrit pour une raison ou une autre certainement très bonne, et qui s’était promis de le faire comme moi, et bien j’ai envie de vous dire que c’est le moment !
ça ne vous prendra que 5 minutes et 10 neuros (ou plus) de votre poche, pleins de modes de paiement différents étant à votre disposition.

Promouvoir et soutenir le logiciel libre

Pourquoi adhérer dés maintenant ?

  • déjà parce que l’APRIL s’était fixée 5000 adhérents d’ici la fin de cette année et que l’on en est à environ 3760 adhérents… c’est déjà bien mais plus ce serait encore mieux.
  • qu’en cette période de fête, vous êtes plein d’énergie positive, que la crise mondiale ne vous fait même pas peur et que les 10 neuros des étrennes de Tati Danielle du jour de l’an, c’est toujours plus utile de les filer à l’association que de les investir en bourse, enfin c’est mon avis perso ;-) .
  • qu’avec votre adhésion, le Karma de l’APRIL augmente auprès des instances représentatives de notre état et qu’elle se retrouve en meilleure position pour aller défendre « notre » cause concernant les logiciels libres, ainsi « nos » arguments auront plus de poids.
  • pleins d’autres bonnes raisons que Frédéric Couchet nous explique bien mieux que moi et que je vous invite à lire.

Alors n’oubliez pas que votre soutien est important… et je vous souhaite à tous de très bonnes fêtes. How how hooww !

Promouvoir et soutenir le logiciel libre

Formation développement orienté objet en Java

logoJava Comme vous avez pu le remarquer, j’ai eu peu l’occasion ces derniers temps pour alimenter le blog en billets, ou plutôt terminer ceux que j’avais déjà en cours, faute de fin d’année surchargée…
Cependant, je ne suis pas resté inactif côté contact avec les logiciels libres, j’ai même eu droit dans le cadre de mon travail, à une formation Java : essentiel de java et de l’objet, formation qui a durée toute cette semaine à Lyon via le centre de formation Orsys.

Pour rappel, Java est un langage de programmation développée par Sun Microsystems qui se veut indépendant de la plateforme d’exécution ou du système d’exploitation, miracle rendu possible par la JVM (Java Virtual Machine) installée sur ladite plate-forme. Bref, pour plus de détails, je vous invite à jeter un œil sur la documentation wikipedia.

Côté rapport de Java avec le logiciel libre, il faut remonter à mai 2007, lors de la conférence JavaOne, Sun a annoncé que l’ensemble du code Java est depuis disponible en Open Source (à part quelques rares composants), de même que son serveur d’application Java EE 5 complet GlassFish. Ce qui laisse aujourd’hui un formidable potentiel au langage pour que celui-ci soit le plus utilisé dans le développement logiciel orienté objet.

Pour en revenir à la formation et avoir le détail de la formation suivie, c’est ici.
Mon avis sur cette formation :
Malgré le fait que le public ciblé concerne les développeurs non confirmés, ingénieurs, chefs de projets proches du développement, je recommande quand même fortement d’avoir quelques bases dans la programmation C, C++, le cours étant très dense, les 2 premiers jours passerons pour les débutants mais la suite risquent d’être plus difficile pour certains concepts objets et l’API du langage java.
Pour ma part, cette formation m’a juste permis de me faire une revue des concepts dans la programmation objet adapté au langage Java. Le mélange cours/exercices était bien équilibré et la qualité de l’enseignement claire et didactique : ça ne fait pas bourrage de crane et à la fin, on se sent prêt à modéliser ses classes en UML avec les outils intégré à eclipse et aller taquiner ses objets pour commencer sur de bons rails ses premières lignes de codes pour son projet en Java.

La France, un marché où le logiciel libre se sent bien

logo tux Le marché des logiciels libres se porte bien selon les analystes, surtout en France où il a connu une croissance de 66% en 2007, soit l’équivalent de 730 millions d’euros, l’un des meilleurs de tous les pays d’Europe occidentale (devant l’Allemagne et le Royaume-Uni).
A compter que pour les services orientés technologies venus des communautés « libres », cette part a augmenté de 69% en 2007 pour représenter 440 millions d’euros : qui concerne essentiellement les domaines des systèmes embarqués, de l’aérospatial et de la défense.
En Europe, le marché des logiciels libres a représenté 2,2 milliards d’euros en 2007, et devrait représenter 12,7 milliards en 2011.

Nous avons beaucoup d’exemples ces derniers temps sur l’explosion et le succès des logiciels libres dans le domaine public:
Comme Sun qui a déboursé 1 milliard de dollars pour le rachat de MySQL. Le salon Solutions Linux qui regroupe en ce moment même les grands acteurs du logiciel libre. Le nombre croissant de constructeurs d’ordinateurs qui proposent des distributions Linux pré installées sur leurs machines (DELL, Asus,…). Des exemples d’utilisation des logiciels libres par l’Etat dans le domaine public et administratif.

Cependant, à quoi faut-il s’attendre pour cette année 2008 ? la croissance va-t-elle continuer ou faut-il y voir un marché arrivé à maturité dans le domaine professionnel ? Certains prévoient déjà que les investissements en TIC (Technologies de l’information et de la Communication) baisseront en France en 2008, due probablement à l’ambiance actuelle de « manque d’optimisme » général… tout ceci restant à confirmer dans les premiers mois de l’année.

Il n’en reste pas moins que tout ces chiffres et évènements sont encourageants, et je pense même que c’est dans la tempête que l’on tire le meilleur partie des logiciels libres, quand est venue l’heure de faire des économies pour les grands groupes, et ainsi donner leurs chances aux « plus petits ».

sources:

Licence

Ce site est sous licence Creative Commons en accord avec les règles de paternité version 2.0 pour l'ensemble de son contenu, sauf mentions spécifiques signalées.


Archives

StatusNet

  • No public messages.